Reconstruction mammaire

Lorsque la mastectomie ou mammectomie (ablation totale du sein) s’impose, la reconstruction mammaire est systématiquement proposée.

Elle peut être réalisée d’emblée, dans le même temps que l’ablation du sein (reconstruction mammaire immédiate ou RMI) dans des cas très précis : lésions in situ ou micro infiltrantes, absence de radiothérapie complémentaire, ou en cas de récidive après tumorectomie/radiothérapie.

Elle peut être réalisée de façon différée, à distance de la mastectomie (reconstruction mammaire différée ou RMD). Elle sera alors réalisée 3 mois après l’amputation du sein en l’absence de radiothérapie postopératoire, ou dans les cas où un traitement complémentaire est nécessaire (chimiothérapie et/ou radiothérapie), 6 mois à 1 an après la fin des traitements.

La reconstruction mammaire a 3 objectifs :

Les techniques de chirurgie plastique permettent de satisfaire à ces 3 principes et donnent de bons résultats.

Deux à trois interventions sont nécessaires pour obtenir un résultat optimal, la plus lourde étant la reconstitution du volume mammaire (première étape).

Il est important de garder à l’esprit que le sein reconstruit ne sera jamais identique au sein amputé. Il s’en rapprochera le plus possible, de même que la symétrie par rapport au sein restant.