Chirurgie du cancer du sein: reconstruction mammaire et chirurgie oncoplastique

Permet aux femmes concernées de rester femmes…

Introduction

La reconstruction mammaire et la chirurgie oncoplastique entrent dans le cadre du traitement du cancer du sein dont elles font partie intégrante. Ce traitement est multidisciplinaire, faisant intervenir de nombreux spécialistes différents : oncologues médicaux, chimiothérapeutes, radiothérapeutes, gynécologues, chirurgiens généraux et plasticiens, psychiatres.

La qualité du résultat esthétique dans la prise en charge du cancer du sein est devenu un souci majeur. Il est évident que la priorité reste le traitement du cancer et que l’esthétique ne doit jamais entrainer un geste incomplet.

Le traitement chirurgical du cancer du sein a longtemps reposé sur une chirurgie binaire: tumorectomie ou mammectomie.

La tumorectomie ou traitement conservateur a pour but d’enlever la totalité de la tumeur, avec une marge de sécurité, sans enlever la totalité du sein. Toutefois, cette chirurgie conservatrice peut engendrer une déformation du sein, ou une asymétrie de forme et/ou de volume par rapport au sein restant.

Les apports des techniques de la chirurgie plastique à la chirurgie du cancer du sein ont donné naissance à la chirurgie oncoplastique. Cette approche oncoplastique permet de réaliser des exérèses plus larges et de réduire le risque de récidive locale, tout en diminuant les séquelles iatrogènes. Elle permet aussi d’étendre les indications du traitement conservateur à des lésions jusque là traitées par mammectomie, dans le strict respect des principes carcinologiques.

Malgré cela, il existe encore de nombreuses situations où l’ablation totale du sein (mastectomie ou mammectomie) s’impose : cancer multicentrique ou multifocal, récidive après traitement conservateur, maladie génétique prédisposante, tumeur trop grosse dans un sein trop petit, ou désir de la patiente. Dans ces situations, une reconstruction mammaire sera proposée en fonction de la stratégie du traitement. A chaque situation particulière correspond un traitement particulier adapté.

La reconstruction mammaire n’a aucune incidence sur la maladie cancéreuse et a prouvé son innocuité. Elle ne compromet pas les chances de guérison ni la surveillance à long terme du cancer du sein.

A la suite d’une reconstruction mammaire, la patiente a le plus souvent une période de réadaptation psychologique à la présence de son nouveau sein.

L’intégration de ce sein dans son schéma corporel est un élément important de la réussite de la reconstruction mammaire.

Le lipofilling ou réinjection de graisse autologue peut être très utile en reconstruction mammaire pour des retouches localisées.