Réduction mammaire ou plastie de réduction

Ajuste la poitrine trop généreuse…

Définition et Objectif

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptose mammaire) et à un certain degré d’asymétrie.

L’hypertrophie mammaire implique fréquemment un retentissement physique et fonctionnel : douleurs du cou, des épaules et du dos ; gêne pour la pratique des sports ; difficultés vestimentaires ; et, souvent, retentissement psychologique notable.

Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et, au-delà, pendant toute la durée de la vie.

Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible ainsi qu’un allaitement, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.

Principe et cicatrices

L’intervention consiste en la résection de l’excès du tissu glandulaire, de la graisse et de la peau afin de conserver un volume en harmonie avec la silhouette de la patiente et conforme à ses désirs. Ce volume glandulaire résiduel est ascensionné, concentré et remodelé.

Dans la plupart des cas, on utilise la méthode dite « verticale », qui permet de réduire la rançon cicatricielle à ses composantes péri-aréolaire, au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche et verticale, entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous-mammaire.

Parfois, lorsque l’hypertrophie est très importante, ces cicatrices ont la forme d’un T inversé avec trois composantes : péri-aréolaire, verticale, et horizontale, cicatrice supplémentaire dissimulée dans le sillon sous-mammaire.

Outre les examens pré-opératoires habituels, il est important de réaliser un bilan sénologique.

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et dure 2 à 3 heures. Une analyse anatomopathologique des tissus est systématiquement demandée.

L’hospitalisation dure deux à trois jours.